L
E
X
I
Q
U
E

L'entretien des berges se poursuit ...

L'entretien des berges se poursuit ...

La ripisylve (= végétation des berges) est un élément majeur du fonctionnement des cours d’eau.

Elle exerce de nombreuses fonctions et notamment :

• Des fonctions écologiques : zone de nourrissage, d’abri et de reproduction pour la faune, zone de circulation des mammifères terrestres (corridor écologique) ;
• Un rôle de filtre : elle participe à la rétention des particules en suspension des eaux de ruissellement provenant des terres riveraines et dans une certaine mesure à l’épuration des eaux du cours d’eau ;
• Un rôle d’ombrage et de régulation thermique des eaux ;
• Une protection physique des berges : le système racinaire des végétaux contribuant au maintien des berges.

L’entretien de la végétation qui est constitué d’actions régulières visant à rétablir un état écologique correct lorsque des dégradations ont été mises en évidence. Elle peut être légère (élagage simple, recépage…) sur les ripisylves en bon état ou plus poussée sur celles en mauvais état (débroussaillage important, évacuation des individus morts ou malades …). Cette action a un caractère préventif et doit être réitérée tous les 5 ans. Pour les secteurs plus atteints, un entretien doit être prévu en priorité pour restaurer rapidement le fonctionnement de ces ripisylves.

 

Les conséquences d’une absence de ripisylve ou d’un entretien excessif :

L’absence de végétation rivulaire a pour conséquences majeures la non filtration des polluants avant leur arrivée au cours d’eau et le réchauffement global des eaux (par l’absence d’ombrage). Or, ces phénomènes vont à l’encontre de la capacité auto-épuratrice du milieu qui doit être retrouvée par une création de barrière végétale filtrante.

La reconstitution de la ripisylve favorise la réapparition d’habitats diversifiés dans le lit et sur les berges de la rivière et, de ce fait, le retour de communautés biologiques disparues ou en régression, en zone aquatique et rivulaire.

La présence d’arbres, arbustes et herbacées le long du cours d’eau permet de limiter l’évaporation en période de basses eaux et les érosions de berges en secteurs à enjeux (proximité de ponts, d’habitations…).

L’entretien est une opération favorable au bon fonctionnement du cours d’eau. Néanmoins, il ne doit pas être systématique et doit permettre le maintien en place de la diversité des habitats liés aux boisements rivulaires. Pour cela, l’entretien doit être raisonné et ne doit pas entraîner un appauvrissement écologique du corridor végétal rivulaire par des opérations de sur-entretien ou de « jardinage » des berges. Une ripisylve diversifiée et adaptée aux milieux humides a donc un rôle primordial sur le fonctionnement biologique de larivière et sur la vie aquatique.