L
E
X
I
Q
U
E

Des arbres câblés sur la Drouette... Pourquoi ?

Des arbres câblés sur la Drouette... Pourquoi ?

Le SM3R procède habituellement à l’enlèvement des embâcles (= chablis, branchages...) et des arbres tombés en travers de la rivière :

  • lorsqu’ils constituent une source de dégradation des berges, favorisant le sapement du talus et/ou provoquant la déstabilisation de la végétation sur berge ;
  • lorsqu’ils barrent totalement le cours d'eau provoquant une remontée de la ligne d’eau et un colmatage du substrat en amont ;
  • lorsqu’ils forment des barrages retenant les corps flottants.  

L'enlèvement des embâcles n'est toutefois pas systématiquement nécessaire. A condition qu'ils ne provoquent pas un barrage dans le lit, certains embâcles peuvent être conservés et fixés. Car, non seulement, ils participent à la mise en place de l'hydrodynamique d'étiage nécessaire à limiter les dépôts de vase, mais ils constituent également un habitat de choix fréquenté par les insectes aquatiques, les poissons et les oiseaux.

Plutôt que l’enlèvement, le SM3R expérimente désormais une nouvelle voie : celle du maintien de l’arbre dans le cours d’eau. Sur certains tronçons de la Drouette, les agents du Syndicat cherchent en effet à diversifier les écoulements trop homogènes, à créer des caches à poissons ou encore à protéger certaines berges de l’érosion.

Création d'une cache à poissons par la technique de câblage

L’installation d’un arbre câblé permet d’apporter une solution rapide et de moindre coût à ces objectifs. Il s’agit d’attacher l’arbre abattu à sa souche ou à un autre arbre solidement ancré pour ainsi le stabiliser. Les branches immergées sont maintenues et serviront de refuge ou de zones de fraies pour les poissons.

Arbre câblé en pied de berge de la Drouette à Villiers-le-Morhier (28) 

 

Le câblage nécessite un câble en acier (galvanisé) d’un diamètre de 6 mm (résistance environ 2T) et des serres câbles : des dispositions doivent être prises sur le support utilisé dans le cas où il s’agit d’un arbre vivant (éviter les blessures - voir photo ci-dessous).

Arbre protégé par des cales de bois

 

Principe et objectif visé : 

L'objectif est de créer une cache qui offrira une aire de repos, d’alimentation et de reproduction pour les espèces piscicoles au moyen d'arbres câblés (peupliers, frênes, saules ou des aulnes tombés ou abattus dans le cours d'eau). Ces arbres câblés constituent, pour des espèces comme le brochet, des zones de repos ainsi que de chasse. Pour d'autres espèces (par exemple, les perches), ils sont de bons supports de ponte. Tout en diversifiant les milieux, cet aménagement est un bon compromis entre une gestion liée au retour du bois mort dans les cours d'eau et la gestion du danger liée à la présence d’embâcles.

 

 

 

 

Descriptif technique de l'opération :

Disposés à l'entrée d'une mouille et/ou en bordure de berge, les arbres sont maintenus sous l'eau dans le sens du courant, ils sont câblés à un autre arbre sur pied ou à une souche située à proximité. 

Ils sont positionnés de préférence le long de la berge où ils sont tombés, dans le sens du courant (houppier vers l’aval). Pour une bonne réussite de l'intervention, il faut s'assurer qu'un maximum de branches soit laissé dans l'eau et que la souche (si présente) soit immergée le plus possible.

 

Impacts biologiques et écologiques attendus :

La mise en place d'arbres câblés favorisera une colonisation d'espèces piscicoles dans des zones où elles n'étaient pas présentes auparavant.

De plus, la présence d'un film biologique pourra probablement se former autour des branches : celui-ci pourra constituer une épuration minime de la ressource, avec le passage de l'eau.